" />

Services à domicile Ecolo & Zéro Déchet

Consommation Responsable - Pollution d'air - Réduire l'eau - Réduire les emballages - Manger 4 Saisons

Services à domicile Ecolo & Zéro Déchet

Grand âge et autonomie

Dominique Libault - Mars 2019

Dominique Libault - Mars 2019

UNE ATTENTE FORTE D’AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ DE LA PRISE EN CHARGE EN ÉTABLISSEMENT

" Moi je serais prête à signer une décharge pour qu’il y ait un peu plus de fantaisie dans ce monde très aseptisé. "

(Aidante, domicile)

" On ne fait plus rien ici. On attend toute la journée, les repas, les soins. "

(Homme, 89 ans, EHPAD)

Malgré les initiatives, les innovations et l’engagement marqué de leurs équipes, l’image des EHPAD s’est dégradée. Les résidents disent pour beaucoup souffrir de leur vie au quotidien en établissement, sans réussir à y trouver leurs marques. Ils expriment un profond regret de leur « vie d’avant » où ils avaient une certaine autonomie qu’ils estiment avoir perdue. La qualité des prestations offertes en établissement spécialisé pour personnes âgées est perçue de manière négative à plusieurs titres.

C’est tout d’abord la perception d’un décalage entre le coût de la prise en charge et la qualité du service proposé et d’une dégradation du service en raison d’enjeux économiques, tant dans le secteur public que dans le secteur privé.

En EHPAD, la stimulation et la bienveillance dont les personnes âgées ont besoin sont perçues comme trop souvent mises de côté, notamment en raison d’un raccourcissement des temps d’intervention professionnels auprès des personnes. Les arbitrages financiers pèsent également sur les aspects matériels de la prise en charge: locaux en mauvais état ou inadaptés aux attentes des résidents qui souhaitent évoluer dans des unités de vie de petite taille, manque de petit matériel avec l’exemple emblématique des protections hygiéniques changées à une fréquence insuffisante, entraînant inconfort et manque d’hygiène.

C’est aussi la perception d’une forte inégalité en matière de qualité de prise en charge entre les établissements. Le constat de réalités très contrastées selon leur statut, leur taille, leur situation géographique, leur coût ou leur équipe de direction, est très largement partagé. Il ressort le sentiment d’un choix tronqué, insuffisamment éclairé. L’absence d’informations publiques, étayées et fiables sur la qualité des prestations d’accompagnement et de soin rendues par les établissements est fréquemment citée. Le sentiment d’une certaine « loterie » s’installe. Il laisse apparaître en creux la perception d’une insuffisante mobilisation des pouvoirs publics dans le pilotage de la qualité en établissement.

C’est enfin la perception d’une prise en charge trop exclusivement centrée sur le soin, pour des personnes âgées traitées comme des « malades ». La personne âgée ne serait pas considérée dans sa globalité, comme ayant une personnalité, des besoins, mais aussi des désirs. Les activités et les services, notamment la restauration, sont perçus comme étant négligés.

L'écologie au service de la dépendance

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article