" />

Services à domicile Ecolo & Zéro Déchet

Consommation Responsable - Pollution d'air - Réduire l'eau - Réduire les emballages - Manger 4 Saisons

Services à domicile Ecolo & Zéro Déchet

Grand âge et autonomie

Dominique Libault - Mars 2019

Dominique Libault - Mars 2019

La collecte des données est longue, complexe et coûteuse

Le recueil de données récentes, homogènes et fiables se heurte au nombre et à la diversité des acteurs et de leurs systèmes d’information.

Certaines sources administratives ne font pas l’objet d’une exploitation statistique complète.

Par exemple, la remontée annuelle des taux d’encadrement et des tarifs à la CNSA n’est pas pleinement exploitée.

Les données disponibles sont globalement assez anciennes, ce qui est préjudiciable pour le décideur public du fait des changements législatifs intervenus dans l’intervalle. À titre d’exemple, les données individuelles sur l’APA et l’ASH mobilisables datent de 2011. Le dernier appariement entre le GIR et le SNIIR-AM remonte à 2008. Enfin, même si beaucoup de données existent, il est frappant de constater que peu d’acteurs sont capables d’avoir une vision d’ensemble des structures d’aide aux personnes âgées. La CNSA possède des données assez détaillées sur les dépenses de soins des établissements, les fédérations nationales ont des éléments sur les SAAD, chaque Conseil départemental a des données très détaillées sur son champ, l’ATIH mène une enquête de coûts sur les EHPAD et également sur les SSIAD. La mise en cohérence par la DREES, notamment via le compte de la dépendance, est essentielle mais souffre des difficultés d’exploitation et de remontée des différentes sources, qui allongent les durées de traitement et est fortement consommatrice de ressources. Tant il est vrai que la nature décentralisée des processus rend la collecte des données plus complexe et plus coûteuse.

En outre, les moyens d’évaluation des actions et de la politique publique sont aujourd’hui dispersés entre plusieurs financeurs (CNSA, DREES, CNAM, ARS, Conseils départementaux). Il n’existe pas de système unifié de remontée de données, commun à l’ensemble des départements, sur lequel bâtir un système d’information décisionnel. Par ailleurs, la mise en œuvre de démarches évaluatives se heurte à la segmentation tenace des travaux relevant, d’une part, de l’approche médicale et d’autre part, des approches en sciences humaines.

L'écologie au service de la dépendance

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article